Flora González est journaliste et présentatrice météo sur la chaîne de télévision Cuatro. La `` météo-girl '', comme elle se définit dans son profil Instagram, est née il y a 35 ans à Andújar (Jaén) et a une carrière journalistique de plus de 10 ans, au cours de laquelle elle a travaillé pour différents médias en premier niveau comme Yo Dona, GQ España, Vogue et Movistar +. Il a toujours été clair sur sa vocation et sur ce à quoi il voulait se consacrer professionnellement. Son rêve a toujours été d'être journaliste et il l'a réalisé.

Elle se confesse passionnée par l'histoire de l'art, du yoga et maintenant du Pilates, grâce à ses formations à Metropolitan. Voulez-vous la connaître un peu mieux? C'est tout ce qu'il nous a dit!

MET: Flora, quelle est la leçon la plus importante que vous ayez apprise dans votre vie?

FG: J'essaye d'apprendre tous les jours, surtout des erreurs ou des moments qui me font souffrir. Lorsque la bouffée de chaleur disparaît, je réfléchis et je dis: "Qu'est-il arrivé? Pourquoi est-ce arrivé? Et que dois-je faire pour que cela ne se reproduise plus?" Même ainsi, j'ai supposé qu'il y a des choses qui échappent à notre contrôle. Si je devais souligner un apprentissage, ce serait que la vie n'est pas une carrière dans laquelle nous avons tous commencé en même temps, nous ne partageons pas de chemin, mais nous créons chacun notre propre chemin. Nous ne sommes pas en retard, nous sommes à notre rythme. Vous n'êtes pas obligé de vous comparer à qui que ce soit, j'ai commencé à m'entraîner maintenant, si je devais me comparer aux athlètes professionnels, je finirais par arrêter.

MET: Quel est le film le plus inspirant que vous avez vu?

FG: J'ai beaucoup aimé Coco, cette vision idyllique de la mort m'a fait réfléchir sur nos peurs, pensant que bien des fois nous arrêtons de vivre par peur.

MET: Si vous pouviez voyager vers le passé, où iriez-vous?

FG: J'ai commencé mon diplôme en histoire de l'art (je n'ai pas encore repris mes études mais je ne me force pas à le faire) et j'étais fasciné par l'Égypte ancienne: leur mode de vie, leurs voyages, leurs croyances, leurs tenues ... conditions météorologiques. Bien sûr, avec un billet de retour.

MET: Avec quelle personne célèbre aimeriez-vous partager un dîner et pourquoi?

FG: Je pense qu'il y a beaucoup de personnages fascinants qui méritent un bon festin, mais j'adorerais écouter Gabriel García Márquez pendant des heures. Comme ce n'est plus possible d'aucune façon, je continue à lire avec empressement tout ce qu'il a écrit.

MET: Quel super pouvoir choisirais-tu d'avoir?

FG: Quand j'étais petite, j'ai vu des dessins animés (je ne me souviens plus du nom) dans lesquels le protagoniste avait un chronomètre et quand il a dit "Il est temps d'arrêter" et l'a appuyé, tout était gelé, et quand je l'ai frappé à nouveau, le monde a continué comme si rien . Je pense beaucoup à avoir cette minuterie (dormir un peu plus, ne pas être en retard, profiter de moments plus éphémères ...).

MET: Quelle est ta formation préférée?

FG: J'ai toujours pratiqué le yoga et chez Metropolitan j'ai découvert le Pilates. Maintenant, je ne saurais pas comment choisir, je les aime tous les deux!

MET: Quel genre de musique vous motive à vous entraîner?

FG: En cela, je vais être un peu controversé (rires), le «pachangueo», le reggaeton, tout ce que nous ne pouvons pas danser car en ce moment les lieux de divertissement sont fermés.

MET: Êtes-vous plutôt des cours dirigés ou des formations individualisées?

FG: Cours toujours. Si vous me laissez seul, je m'échappe au SPA à la troisième minute!

MET: Pourquoi quitterais-tu le régime sans réfléchir?

FG: J'ai un métabolisme très reconnaissant et comme pour tout, j'essaie de maintenir un équilibre et de suivre le régime méditerranéen. Maintenant avec le froid, un bon ragoût de montagne en Cantabrie me tente beaucoup.

MET: Quel est votre meilleur plan pour vous déconnecter du monde?

FG: Mon plan idyllique est d'être sur la plage avec un bon livre. Vivant à Madrid, je ne peux pas le faire quand je veux, alors je choisis de remplir mon lit de livres, de magazines, de la tablette avec des séries, des collations et de ne pas regarder mon mobile pendant des heures.

MET: Qu'est-ce qui te fait le plus rire?

FG: J'adore les gens avec un sens de l'humour, et si cet humour est aigre, encore plus. Je suis un rire facile.


Photographe: Raúl Rodríguez